Achetez mon livre : Street photo — 52 défis

Un mois tout juste après le pré­cé­dent, les librai­ries voient débar­quer un nou­vel ouvrage dans lequel on trouve mon nom : Street pho­to — 52 défis, de Brian Lloyd Duckett.

Il y a de grands livres, et il y a de petits bou­quins. Street pho­to — 52 défis est de ceux-ci, avec ses 128 pages et son for­mat A5. Quelque chose me dit qu’il a été pen­sé pour se glis­ser dans une besace, aux côtés d’un Fuji X100, d’un Olym­pus E-M5 équi­pé d’un Zui­ko 17 mm ou d’un K-1 doté d’un bon vieux FA 35 mm, et se faire feuille­ter au fil des balades.

On n’accusera per­sonne de publi­ci­té men­son­gère : 52 défis, c’est exac­te­ment ce que contient l’ouvrage — ou 52 sujets, 52 mis­sions, appe­lez-ça comme vous vou­lez1. 52 idées pour sor­tir de la rou­tine, essayer d’autres cadrages, tes­ter de nou­velles tech­niques. Par­fois des petites choses toutes bêtes (cadrer au jugé ou au ras du sol), par­fois des contraintes plus pous­sées (faire toute une série autour d’une seule cou­leur, com­po­ser en plu­sieurs plans dis­tincts). Cer­tains défis sont acces­sibles quels que soient votre maté­riel et votre expé­rience, d’autres deman­dant un peu plus de savoir-faire et d’équipement. Logi­que­ment, tout ama­teur de pho­to de rue devrait y trou­ver quelque chose.

La tra­duc­tion n’a pas posé de dif­fi­cul­té par­ti­cu­lière : comme la plu­part des livres pra­tiques, il s’agit sur­tout d’être clair et effi­cace. La mise en page assez aérée lais­sait aus­si une bonne sou­plesse sur la lon­gueur du texte et, d’une cer­taine manière, c’était la détente idéale après la mul­ti­tude de pavés à caler au signe près de la Petite ency­clo­pé­die…

Vous trou­ve­rez peut-être que la pho­to de rue est un sujet un peu res­treint. C’est nor­mal : ce 52 défis est le pre­mier d’un duo qui pour­rait, si le suc­cès est au ren­dez-vous, deve­nir une série. Ren­dez-vous donc ici même dans quelques semaines pour le deuxième.

  1. Pour l’anecdote, ça a fait par­tie des hési­ta­tions à la tra­duc­tion : le titre ori­gi­nal est “52 assi­gn­ments”, mais “mis­sion” a une conno­ta­tion labo­rieuse et impé­ra­tive que “assi­gn­ment” n’a pas for­cé­ment. Vu qu’il s’agit de secouer un peu l’inspiration, “défi” parais­sait plus appro­prié. Mais alors, la coha­bi­ta­tion avec le 52 défis créa­tifs d’Anne-Laure Jac­quart — éga­le­ment publié chez Eyrolles, qui parle lui aus­si de pho­to­gra­phie, mais qui n’a rien à voir — ne ris­quait-elle pas d’engendrer une confu­sion ?… Les édi­trices ont tran­ché pour “défis”, et la forme du livre devrait évi­ter tout imbro­glio.