Achetez mon livre !

Bon, en vrai, c’est pas mon livre, mais c’est quand même un peu moi qui l’ai fait : La pho­to­gra­phie urbaine, prises de vue d’architecture et d’architecture d’intérieur a été écrit par Andreas Schulz, avant d’être tra­duit en fran­çais par votre ser­vi­teur.

photographie_urbaine

Cette pre­mière expé­rience a com­men­cé de manière un peu hachée : j’ai ren­voyé un cha­pitre d’essai assez fidèle à l’original, mais qui ne “cou­lait” pas comme j’aime qu’un texte coule. Hélène, l’éditrice char­gée de cet ouvrage, m’a tout de suite répon­du de ne pas hési­ter à prendre des liber­tés, tant que le fond était conser­vé ; deux pages plus loin, après avoir réor­ga­ni­sé quelques phrases, fusion­né quelques para­graphes et éli­mi­né quelques répé­ti­tions, je suis arri­vé à la conclu­sion que ça me conve­nait beau­coup mieux et que le résul­tat était bien plus plai­sant à lire !

Par la suite, la col­la­bo­ra­tion a été beau­coup plus fluide : Hélène m’a régu­liè­re­ment fait des sug­ges­tions de cor­rec­tions intel­li­gentes, signa­lé quelques pas­sages lourds ou indi­gestes, et a par­fois lais­sé dix pages sans la moindre retouche. En somme, j’ai vite com­pris pour­quoi l’ancienne col­lègue qui nous avait pré­sen­tés m’avait dit un truc du genre : “j’aime bien bos­ser avec Eyrolles, leurs édi­trices sont com­pé­tentes, elles vont pas te tailler un texte juste pour le prin­cipe de mon­trer qu’elles ont fait quelque chose, mais si elles ont des pistes d’amélioration elles hésitent pas à le dire”.

Quand j’ai reçu le bou­quin, j’ai aus­si appré­cié la qua­li­té d’impression. La pho­to d’architecture est un domaine tra­di­tion­nel­le­ment riche en images léchées et par­ti­cu­liè­re­ment tra­vaillées ; il aurait été dom­mage que le bou­lot de Schulz soit gâché par une réa­li­sa­tion terne. Ça n’est abso­lu­ment pas le cas, le papier lisse et neutre comme l’impression pré­cise collent tout à fait au sujet, et cer­taines pages ne dépa­reille­raient pas dans un maga­zine dédié à l’architecture moderne.

Une expé­rience inté­res­sante, des échanges enri­chis­sants et au bout du compte un bel objet : j’avoue, j’étais un peu dubi­ta­tif quand on m’a pro­po­sé le sujet (l’archi n’est pas mon genre pho­to­gra­phique de pré­di­lec­tion), mais je suis très content du résul­tat.