Et si on butait la CF ?

Vous avez peut-être noté qu’à la Pho­to­ki­na, la Com­pact­Flash Asso­cia­tion a réus­si à faire par­ler d’elle en annon­çant le for­mat de cartes CFex­press. Et vous avez peut-être eu l’impression d’une petite redite. C’est nor­mal : le bou­lot de la CFA semble, ces der­nières années, se bor­ner à mul­ti­plier les for­mats.

Un standard obsolète depuis dix ans

Petit rap­pel : la Com­pact­Flash uti­li­sait un port paral­lèle. En 1994, cette solu­tion était le stan­dard uni­ver­sel pour tous les péri­phé­riques de sto­ckage, et ça per­met­tait aux cartes CF d’être connec­tées direc­te­ment dans un port PCMCIA (via un adap­ta­teur pas­sif, extrê­me­ment peu coû­teux), avec les per­for­mances et la pra­ti­ci­té des disques durs externes.

Le temps a pas­sé, et les ports série ont très, très lar­ge­ment pris l’ascendant sur les ports paral­lèles. Un der­nier coup de rein, en 2010, a per­mis aux CF d’atteindre un pla­fond théo­rique à 167 Mo/s ; depuis, le for­mat n’a subi aucune évo­lu­tion. Or, 167 Mo/s, aujourd’hui, ça n’a rien d’extraordinaire : c’était à peu près la bande pas­sant de la toute pre­mière ver­sion du Sata, en 2003, et à la même époque le bus PCI Express per­met­tait déjà 250 Mo/s par ligne.

Ma dernière carte CF, aux derniers standards bien que plus vieille que la plus vieille de mes autres cartes.
Ma der­nière carte CF, aux der­niers stan­dards bien que plus vieille que la plus vieille de mes autres cartes.

On est donc tous d’accord : le for­mat Com­pact­Flash est mori­bond. En 2012, le Nikon D4 fut le pre­mier reflex à uti­li­ser le nou­veau for­mat XQD : celui-ci, aban­don­nant le port PCMCIA au pro­fit du PCI Express (trans­mis­sion série, évi­dem­ment), offrait une plus grande marge de pro­gres­sion pour les vitesses de trans­fert — la ver­sion actuelle per­met 1 Go/s, mais la mémoire ne suit pas et cette vitesse reste pour l’instant théo­rique.

Pour­tant, on trouve encore plein d’appareils qui acceptent prin­ci­pa­le­ment ou exclu­si­ve­ment des cartes CF. Les der­niers Canon EOS 5D (S et IV) et Nikon D810, par exemple, bouffent de la CF ou de la SD… UHS-I, bri­dée à 104 Mo/s !

Réveillez-vous, les gars, ça fait deux ans que Sam­sung et Fuji­film sont pas­sés à la SD UHS-II, qui ridi­cu­lise vos putains de Com­pact­Flash, et sur des boî­tiers autre­ment moins chers !

Ce n’est pas le pire

Mais au-delà de la ter­mi­nai­son des cartes CF pro­pre­ment dites, je veux ici aller plus loin. Butons éga­le­ment la Com­pact­Flash Asso­cia­tion (CFA). Défi­ni­ti­ve­ment, inter­di­sons-lui de publier des “normes” et de s’occuper de quoi que ce soit.

La rai­son de cette ire est simple : l’annonce de sep­tembre a été celle de trop.

En 2010, la CFA a adop­té le for­mat XQD, lan­cé par Nikon et Sony autour du bus PCI Express. Il n’a pour l’heure pas séduit grand-monde : il était inévi­ta­ble­ment incom­pa­tible avec le for­mat CF, seul Nikon l’a adop­té (et uni­que­ment sur les D4 et D5), ain­si que quelques fabri­cants de camé­ras pro­fes­sion­nelles qui en géné­ral offrent le choix entre XQD et d’autres sup­ports.

Le pro­blème, c’est la CFA avait déjà créé le stan­dard CFast, basé sur un autre port série, le Sata. Lan­cées dès 2009, les CFast n’ont inté­res­sé à peu près per­sonne jusqu’à la ver­sion 2, fin 2012, qui per­met­tait de grim­per à 600 Mo/s ; Arri s’y mit donc, sui­vi par Bla­ck­ma­gic Desi­gn puis par Canon, tou­jours sur des pro­duits vidéo pro­fes­sion­nels — jusqu’à l’EOS 1D X Mk II, pre­mier vrai appa­reil pho­to uti­li­sant la CFast.

La CFA déve­loppe donc paral­lè­le­ment deux stan­dards de cartes, visant exac­te­ment les mêmes mar­chés, repo­sant sur les mêmes prin­cipes (mais avec un avan­tage aux XQD en matière de bus), rigou­reu­se­ment incom­pa­tibles, tout en four­guant essen­tiel­le­ment ses vieille­ries paral­lèles tota­le­ment dépas­sées.

XQD 2.0 (2012) : bus 1 Go/s, débit réel 400 Mo/s. CFast 2.0 (2012) : bus 600 Mo/s, débit réel 440 Mo/s. Particularité : deux "standards" de la même association. - documents SanDisk et Lexar
XQD 2.0 (2012) : bus 1 Go/s, débit réel 400 Mo/s. CFast 2.0 (2012) : bus 600 Mo/s, débit réel 440 Mo/s. Par­ti­cu­la­ri­té : deux “stan­dards” de la même asso­cia­tion. — docu­ments San­Disk et Lexar

Nikon a choi­si l’un, Canon l’autre ; comme ils ne sont pas tota­le­ment débiles, ils ont sur­tout géné­ra­li­sé la SD comme déno­mi­na­teur com­mun, mais refusent d’adopter les der­nières normes de SD — j’imagine que leur argu­ment doit être qu’un pro, de toute façon, il est équi­pé de XQD/CFast et n’est donc pas inté­res­sé par la SD UHS-II.

Et là, donc, tran­quillou, la Com­pact­Flash Asso­cia­tion annonce la CFex­press.

La CFex­press repose sur le bus PCI Express, comme la XQD donc, mais mul­ti­pliant les lignes de trans­fert pour per­mettre un débit maxi­mum théo­rique de 8 Go/s. La CFA n’a pas annon­cé les spé­ci­fi­ca­tions phy­siques de ces cartes, mais je serais extrê­me­ment éton­né qu’elles soient rétro-com­pa­tibles avec les XQD et il est acquis qu’elles ne le seront pas avec les CFast.

Voi­là donc une asso­cia­tion de stan­dar­di­sa­tion qui, en six ans, aura sup­por­té trois for­mats de cartes incom­pa­tibles avec les mêmes objec­tifs et pour les mêmes mar­chés.

Pen­dant ce temps, la SD Asso­cia­tion, elle, conti­nue à déve­lop­per dis­crè­te­ment un unique for­mat, avec à chaque fois une excel­lente rétro-com­pa­ti­bi­li­té : les der­nières cartes UHS-II (recon­nais­sables à leur II sur la face) fonc­tionnent par­fai­te­ment dans les appa­reils qui ne gèrent que les cartes SDHC de base, et un Fuji­film X-T2 est par­fai­te­ment heu­reux si on lui met une vieille SD tout court — qu’il annon­ce­ra peut-être fiè­re­ment pou­voir rem­plir en un seul déclen­che­ment, je sais pas, j’ai plus vu de SD tout court depuis des lustres.

À ce stade, une réac­tion s’impose : eutha­na­sier la Com­pact­Flash Asso­cia­tion, aban­don­ner en vrac tous ses for­mats et deman­der à la SD Asso­cia­tion de réflé­chir à la pro­chaine ver­sion, en visant direc­te­ment 1 ou 2 Go/s.

NB : cet article ignore déli­bé­ré­ment les cartes UFS. Celles-ci sont cen­sées être plus per­for­mantes que les SD, mais les seules UFS actuelles, pro­po­sées par Sam­sung, ne sont que mar­gi­na­le­ment supé­rieures aux Micro-SD UHS-II. Pas la peine de revivre une guerre des for­mats pour ça, donc.

Voir aussi :