Sony α99 II : no alarms and no surprises

J’ai un peu men­ti tout à l’heure : il y a un grand construc­teur dont on ne connais­sait pas les annonces, et qui aurait pu pré­sen­ter quelque chose de sur­pre­nant. Mais vous savez quoi ? Même si j’a­vais noté l’ab­sence de Sony dans les rumeurs récentes, je n’au­rais pas misé à cent contre un sur une annonce sur­pre­nante.

Si on m’a­vait dit : “ils vont pré­sen­ter un truc, devine quoi”, j’au­rais répon­du : “boaf, un Alpha 99 mis à jour, avec l’au­to­fo­cus du 77 II et le cap­teur du 7R II”.

document Sony
docu­ment Sony

Je dis pas ça pour me jeter des fleurs : je suis pas un meilleur oracle que qui que ce soit. Je dis ça pour expri­mer à quel point leur annonce était pré­vi­sible et évi­dente — en par­tant du pos­tu­lat que Sony n’al­lait pas arrê­ter la mon­ture A, je veux dire.

Mise à jour

Donc, l’α99 II res­semble beau­coup à l’α99. Il est un poil plus petit, mais les dis­tin­guer deman­de­ra de rete­nir la forme plus car­rée du capot supé­rieur, de noter le taquet en plus sur la molette silen­cieuse (qui per­met d’ac­ti­ver un sys­tème de cli­quet au besoin), ou de comp­ter les caou­tchoucs de la connec­tique.

C’est pas un reproche : l’er­go­no­mie des Alpha 77, 99 et 77 II était plu­tôt réus­sie et cette cohé­rence ne sau­rait être un han­di­cap.

À l’in­té­rieur, il y a plus de chan­ge­ments — encore heu­reux, en quatre ans !

Le cap­teur est le désor­mais célèbre BSI Cmos de l’α7R II, une tue­rie, mais évi­dem­ment incon­tour­nable sur le nou­veau porte-dra­peau de la gamme. Le pro­ces­seur est évi­dem­ment mis à jour, il offre évi­dem­ment la vidéo 4K UHD et donne le choix entre un mode mis à l’é­chelle et un mode Super 35 sans ré-échan­tillon­nage. Il y a éga­le­ment un mode vidéo à vitesse variable, mais ça n’est pas tota­le­ment une nou­veau­té.

À gauche, module autofocus reflex ; à droite, combinaison avec la corrélation de phase sur le capteur d'image.
À gauche, module auto­fo­cus reflex ; à droite, com­bi­nai­son avec la cor­ré­la­tion de phase sur le cap­teur d’i­mage.

Le module auto­fo­cus, avec ses 77 points et sa cou­ver­ture concen­trée, rap­pelle furieu­se­ment celui de l’α77 II… et de l’α68, du coup. Il tra­vaille de conserve avec le sys­tème de cor­ré­la­tion de phase inté­gré au cap­teur d’i­mage : celui-là a sur­tout des cap­teurs hori­zon­taux, celui-ci n’a que des ver­ti­caux, et leur com­plé­men­ta­ri­té per­met d’a­voir une bonne détec­tion, une bonne sen­si­bi­li­té (Sony annonce ‑4 IL) et un large champ de fonc­tion­ne­ment. Mais, devi­nez quoi ? C’est pas tota­le­ment nou­veau, et on aurait sur­tout été déçu que Sony n’y recoure pas.

Le cap­teur est bien enten­du sta­bi­li­sé sur cinq axes, mais c’é­tait nou­veau sur le Dynax 5D, pas sur l’α99 II. Il adopte une connexion Wi-Fi, les appli­ca­tions Play­Me­mo­ries, mais là encore c’est leur absence qui aurait été sur­pre­nante. Il ajoute une connexion Blue­tooth mais c’est dans l’air du temps.

En fait, la seule sur­prise est le mode rafale à 12 im/s (8 im/s avec visée), qui fait de l’α99 II le “full frame” haute défi­ni­tion le plus rapide du moment, loin devant les α7R II et EOS 5DS. Pour le reste, l’α99 II fait la syn­thèse de ce que la marque sait faire, intègre ce qu’on attend, et c’est tout.

Excellente déception

L’EOS M5 est le meilleur hybride que Canon ait jamais fait, et une grosse décep­tion”, disait Bar­ney Brit­ton sur DP Review hier. Ce titre un peu pro­voc va comme un gant à l’α99 II.

Je n’ai aucun doute sur le fait que ce sera un excellent boî­tier, qui fera tout ce qu’on pour­ra lui deman­der et le fera très bien. Je suis le pre­mier à dire que c’est une énorme amé­lio­ra­tion face au 99, qui était déjà une révo­lu­tion face au 900.

Mais il est 100 % pré­vi­sible, 100 % pas exci­tant. C’est tout bête, mais rien qu’un viseur de plus haute défi­ni­tion, comme chez Lei­ca, aurait été appré­cié — cette dalle Oled de 2,36 Mpt était déjà là sur l’α77 il y a cinq ans, et l’o­cu­laire plus gros­sis­sant ne fait pas tout.

Oublis coupables

Du coup, on voit vache­ment bien deux fai­blesses fran­che­ment las­santes en 2016.

Pas. d’é­cran. tac­tile.

Pas. de. flash.

Même Canon et Nikon, qui n’ont clai­re­ment pas été à la pointe du pro­grès sur leurs reflex haut de gamme, ont com­pris qu’un écran tac­tile est utile. Ça per­met de sélec­tion­ner la zone de mise au point, c’est même indis­pen­sable en vidéo pour faire une tran­si­tion d’un plan à l’autre silen­cieu­se­ment sans désac­ti­ver l’au­to­fo­cus. C’est pra­tique pour navi­guer dans les images, et si les menus sont bien faits, ça per­met de faire cer­tains réglages confor­ta­ble­ment.

Quant au flash inté­gré, outre qu’il peut tou­jours débou­cher un contre-jour à faible dis­tance, ben… je suis déso­lé, mais dès qu’on veut uti­li­ser un flash externe un peu avan­cé sans se prendre le chou, sans faire des gros fro­mages tout plats, et sans s’en­com­brer d’un flash maître en plus, le flash inté­gré est LE pilote de base.

Ce sont deux trucs à quelques euros, qui ne servent pas tout le temps mais qui sont extrê­me­ment utiles le jour où ils servent, que Sony per­siste à ne pas inté­grer sur son vais­seau ami­ral — alors que cer­tains modèles d’en­trée de gamme y ont goû­té.

Conversion Google au 19 septembre 2016
Conver­sion Google au 19 sep­tembre 2016

Quelques euros ? Oui, parce qu’ap­pa­rem­ment, l’α99 II sera ven­du 3200 $ amé­ri­cains ou 3600 €. Les tarifs en dol­lars sont géné­ra­le­ment des prix hors taxes, mais même en rajou­tant la TVA le tarif euro­péen reste dif­fi­cile à ava­ler. L’α99 II est donc une mise à jour excel­lente, une mise à jour déce­vante, et une mise à jour coû­teuse.