Henri Cartier-Bresson

expo au Musée d’art moderne, jusqu’au 13 sep­tembre 2009, ****

Le Musée d’art moderne de Paris expose une série de pho­tos de Car­tier-Bres­son, retra­çant une bonne part de l’œuvre du maître, des années 40 aux années 70. Il s’agit de grands tirages (envi­ron 70 cm sur le grand côté) mon­tés sur car­ton, accro­chés un peu per­dus dans des grandes murs clairs d’une salle gigan­tesque, sous un éclai­rage par­ti­cu­liè­re­ment uni­forme.

Donc : rien à voir, sauf les pho­tos ; et ça tombe bien, c’est pour ça qu’on y va. L’éclairage régu­lier et l’absence de verres per­mettent d’éviter les reflets para­sites, entraî­nant des condi­tions d’observation idéales. La sélec­tion de pho­tos est sym­pa (basée sur un mon­tage diri­gé par Car­tier-Bres­son lui-même, d’ailleurs), avec quelques petits bijoux par­fois agré­men­tés d’une anec­dote les concer­nant — ain­si de celle pré­sen­tée en illus­tra­tion sur le site de la mai­rie, dont un témoin raconte com­ment elle fut prise.

C’est inté­res­sant, agréable, bien pré­sen­té dans un cadre un peu aus­tère qui contraste avec le côté “huma­niste” (déso­lé Hen­ri, mais avoue quand même que t’as quelques œuvres qui méritent ce qua­li­fi­ca­tif) et cha­leu­reux des images. Bref, ça vaut le détour, c’est juste dom­mage que les pho­tos soient inter­dites et qu’il faille débour­ser 7 € si on n’est pas jour­na­liste (j’aime ce métier, vous pou­vez pas savoir).